Publié dans Non classé

L’inflexible Mario Draghi met la pression aux gouvernements

bce, taux directeur, sommet européen, jean marc sylvestre, mario draghi

La BCE a fixée jeudi après-midi son nouveau taux directeur sans grande surprise. En revanche le discours de Mario Draghi qui accompagnait cette décision a marqué les esprits.

La Banque Centrale Européenne a fixée cette après midi son nouveau taux directeur à 1%. Ce n’est pas une surprise. Tout le monde s’attendait à ce que la BCE baisse d’un quart de point les taux directeurs. En revanche, la surprise provient des propos de Mario Draghi qui a rappelé la façon dont il entendait faire fonctionner la banque centrale. Le patron de la BCE prend de court les marchés qui s’attendaient à quelques souplesses.

Ce que Draghi à dit

Il a rappelé l’indépendance absolue de la BCE et a souligné qu’elle ne pouvait pas intervenir auprès des états. Même par l’intermédiaire du FMI. Il a même laissé entendre qu’il y avait eu des entorses à cette règle et que c’était fini. Il a rappelé les gouvernements à leurs responsabilités : La BCE n’interviendra pas tant que l’Europe n’aura pas organisé la convergence budgétaire et fiscale et tant que les gouvernements n’auront pas apporté la preuve qu’ils respecteront la discipline.Conséquence, les marchés européens se sont effondrés. Les banques ont été les plus attaquées aujourd’hui en bourse.

Une fermeté volontaire

Mario Draghi n’a rien dit d’un changement notoire. Il a refait du Jean-Claude Trichet. Pourtant, le discours de Mario Draghi est volontaire et politique. Il y a la volonté de dramatiser et surtout de mettre le couteau sous la gorge des gouvernements avant le sommet. Il y a aussi l’application strict des traités pour Draghi, la balle est dans le camp des gouvernements. Et ce n’est  pas Angela Merkel qui lui a souffle son texte.

Comments

comments

 

Laisser un commentaire